www.ClaudeChappe.fr

Personnes

Claude Chappe

Mis à jour par le

Fig. 23. - Claude Chappe © Alexis Belloc / collection La télégraphie historique

Livres à consulter :

478 La télégraphie aérienne de « A à Z» ( Page 51 )
Claude Chappe

Sa sœur jumelle Marie-Marthe est née le lendemain. Après des études commencées au collège de Joyeuse, à Rouen, et continuées à l'école Royale de la Flèche, il reçoit (sans doute de son oncle astronome Chappe d'Auteroche) les bénéfices d'abbayes en commende. (*) Abbé commendataire (sans obligations religieuses), il jouit ainsi de rentes qui lui permettent d'ouvrir un cabinet de physique à Paris. En 1789, il met au point un système d'électromètre. En 1790, il entreprend avec plusieurs de ses frères des expériences sur divers systèmes de télégraphe aérien. Il procède les 2 et 3 mars 1791 aux essais de Parcé qu'il répète à la Barrière de l'Etoile. Il présente son invention le 22 mars 1792 à l'Assemblée Législative. La Convention adopte son invention et le nomme "Ingénieur Thélégraphe" (sic) aux appointements de lieutenant de génie." En décembre 1794, il quitte l'appartement qu'il habitait au 23 quai d'Orsay pour s'installer à l'Hôtel de Villeroy. Devenu hypocondriaque, atteint d'une maladie insupportablement douloureuse (un cancer dans l'oreille), il se sentit si découragé, si vaincu, qu'il demanda qu'on mette fin à ses souffrances.

Il se suicide le 23 janvier 1805, en se jetant dans le puits situé dans le jardin de l'Hôtel de Villeroy. Avant de s'y précipiter, il se tranche la gorge avec un rasoir (il existe de nombreuses versions de sa mort, à prendre avec réserve) (J.-C. B - M. O).

(*) Sa situation ecclésiastique n'a jamais été éclaircie nettement. Il est probable qu'il a reçu un ou deux des ordres mineurs souhaitables pour pouvoir être commendataire. Je tiens (en 1989) de l'ancien bibliothécaire de l'évêché du Mans qui s'est penché sur la question, un renseignement précieux. Il a eu entre les mains un document établi en 1802 (après le Concordat), qui était une récapitulation de toutes les personnes ayant dans le diocèse, reçu des ordres majeurs dans les vingt ans précédant la révolution (1), or, Claude Chappe ne figurait pas sur cette liste. Par ailleurs, les archives de l'archevêché d'Angers, dont dépendait l'ancienne école Royale de la Flèche, ont brûlé et il n'est plus possible de contrôler les récipiendaires des ordres tant mineurs que majeurs. Selon M. Loiseau, sa mère le disait "clerc tonsuré".


1) Ceci afin de récupérer les religieux "évaporés" pendant la tourmente révolutionnaire.


(M. O.)

Index des illustrations :

547Fig. 23. - Claude Chappe Alexis BellocMiniature PDFAlexis Belloc
552Fig. 9. - Claude Chappe Miniature PDF
848Claude Chappe - Inventeur du Télégraphe Le Collectionneur de TimbresMiniature PDFLe Collectionneur de Timbres
Fig. 23. - Claude Chappe © Alexis Belloc / collection La télégraphie historique
547
Fig. 9. - Claude Chappe © collection Le télégraphe aérien
552
Claude Chappe - Inventeur du Télégraphe © Le Collectionneur de Timbres / collection Fabrice Hertel
848